Facteurs de risque > Hypertension artérielle

L'hypertension artérielle constitue un facteur de risque cardio-vasculaire très important.

De la tension...

La tension artérielle est le reflet de la pression du sang dans les artères. Votre médecin la mesure à l'occasion de ses consultations. Cette mesure s'exprime en deux chiffres : 12/8 par exemple.

- Le premier chiffre, le plus élevé, correspond à la pression du sang lorsque le coeur se contracte et se vide : c'est la pression systolique.

- Le second chiffre, le plus bas, correspond à la pression du sang lorsque le coeur se relâche et se remplit : c'est la pression diastolique.

Retour au haut de la page

...à l'hypertension

L'hypertension artérielle correspond à une pression trop élevée du sang dans les artères.

- Elle peut être permanente. Elle est définie lorsqu'à plusieurs mesures, et à au moins trois consultations, les valeurs de pression artérielle sont supérieures ou égales à 14/9. Selon le niveau, il existe différents stades. La tension artérielle a tendance à s'élever avec l'âge, de façon "normale".

- Elle peut être paroxystique sans que cela corresponde obligatoirement à une maladie. En effet, la tension varie selon les circonstances. Sa mesure est donc un acte médical et seul un médecin est habilité à faire l'analyse correcte de la lecture de ces chiffres.

Retour au haut de la page

Une menace pour...

- votre coeur et vos artères

L'hypertension contraint la pompe cardiaque à une surcharge de travail, la fatigue prématurément et provoque sa défaillance.

Elle favorise le dépôt de graisses sur et dans la paroi des artères (athérosclérose), notamment des coronaires, pouvant entraîner, à plus ou moins long terme, angine de poitrine et infarctus du myocarde. Le même processus peut atteindre les artères et les jambes : c'est l'artérite des membres inférieurs.

- pour vos reins...

L'obstruction des artères rénales par athérosclérose provoque la destruction progressive des reins et -à terme- l'élévation de l'urée sanguine : c'est l'insuffisnce rénale.

- pour votre cerveau et vos yeux

L'obstruction des artères à destinée cérébrale provoque la destruction progressive des cellules nerveuses du cerveau, aux conséquences graves : paralysie, perte de la parole, baisse intellectuelle, démence, éventuellement la mort. L'état des artères du cerveau peut être en partie apprécié par l'analyse de l'état artériel de la rétine au fond de l'oeil.

Retour au haut de la page

Souvent aucun symptôme

Seuls des examens systématiques (scolaires, mécdecine du travail, au cours d'une maladie...) permettent de dépister des chiffres tensionnels trop élevés avant qu'apparaissent certains signes de gravité :

- essoufflement anormal surtout après l'effort,

- douleurs dans la poitrine à l'effort,

- maux de tête matinaux, vertiges,

- bourdonnements d'oreilles,

- "mouches volantes",

- besoin fréquent d'uriner la nuit;

Retour au haut de la page

BON A SAVOIR

Pour qu'un diagnostic d'hypertension puisse être posé, encore faut-il que des chiffres élevés apparaissent au cours de plusieurs consultations. En effet, ils varient pour un même individu selon qu'il est debout, couché, fatigué, s'il fait un effort physique, s'il est calme, détendu, sous l'effet d'un chagrin, d'une colère, de la joie, de l'anxiété...

Vos risques face à l'hypertension

- Votre hérédité : vos parents sont eux-mêmes hypertendus. C'est une raison supplémentaire pour faire contrôler régulièrement votre tension.

- Vous êtes anxieux, nerveux, vous dormez mal, vous fumez : il n'y a pas d'hypertension artérielle "nerveuse" mais l'anxiété et l'impatience conjuguées avec le tabagisme vous prédisposent à en subir les effets.

- Tabac + pilule = risques aggravés : dans certains cas, la pilule peut révéler ou aggraver une hypertension préexistante. Dans tous les cas, l'association pilule + tabac est dangereuse.

- Vous mangez "trop riche" : tous les excès alimentaires favorisent l'hypertension artérielle, en particulier l'excès de sel. Habituez vos enfants à éviter ces excès. N'abusez pas des boissons ou aliments contenant de la réglisse (antésite, pastis sans alcool). Si vous perdez du poids, la pression artérielle tend à baisser.

- Vous êtes trop sédentaire : faites régulièrement de l'exercice physique d'entretien (gymnastique, marche, vélo).

Attention: adoptez un rythme modéré, dosez vos efforts.

- Vous avez plus de 50 ans : vous devez surveiller votre tension à tout âge. Mais après 50 ans c'est encore plus nécessaire, le risque d'hypertension est augmenté.

- Vous êtes enceinte : faites surveiller votre tension, l'hypertension est une maladie sérieuse pour la femme enceinte et son enfant.

Retour au haut de la page

La prévention

- Efforcez-vous de corriger vos erreurs d'hygiène de vie :

* évitez les excès alimentaires de tous ordres : graisses, sucre, sel, alcool,

* connaissez les aliments qui contiennent le plus de sel : pain, pâtisseries, charcuteries, fromages fermentés, conserves, boissons gazeuses, salaisons,

* renoncez au tabac. Pour les femmes, l'association tabac-pilule accroît encore le risque d'hypertension,

* réduisez votre poids,

* faites du sport, de la marche.

Le dépistage précoce

- Faites mesurer périodiquement votre pression artérielle et celle des vôtres par votre médecin :

* dès le plus jeune âge,

* même sans symptôme apparent,

* au moins une fois par an, après 30 ans.

- consultez votre médecin en cas de signes précurseurs (essoufflement, maux de tête, bourdonnements d'oreilles, "mouches volantes"...).

- les chiffres de la tension :

Normale : < 14/9

Limite : entre 14/9 et 16/9,5

Elevée : > 16/9,5

Le traitement

- Il a pour but de normaliser votre tension au repos et à l'effort, le plus souvent sans grande contrainte mais en sachant que ce traitement doit être entrepris le plus tôt possible, dès l'apparition des premiers symptômes.

- Il s'appliquera à :

* corriger les erreurs diététiques les plus grossières, diminuer les apports de sel en fonction de l'avis de votre médecin,

* éliminer les facteurs de risque (stress, tabac, excès de poids, sédentarité...)

- Il aura recours aux médicaments appropriés :

* diurétiques,

* bêta-bloquants,

* vasodilatateurs (inhibiteurs calciques, inhibiteurs de l'enzyme de conversion, antagonistes des récepteurs de l'augiotensine, alphabloquants), toujours sous le contrôle de votre médecin traitant.

Retour au haut de la page

Un suivi rigoureux

Pour être efficace, le traitement de l'hypertension doit être observé en permanence et pendant toute la vie.

Sauf avis médical, vous ne devez en aucun cas le modifier ou l'arrrêter.

L'arrêt d'un traitement entraîne parfois un "rebond" extrêmement sévère et dangereux de l'hypertension. Les chiffres remontent avec, à nouveau, le risque de complications.

En principe, s'il n'est pas trop tardif, le traitement médicamenteux (lorsqu'il est nécessaire pour une tension demeurant anormalement élevée, malgré les corrections de l'hygiène de vie) est heureusement simple.

Il est facile à tolérer. Sinon, prévenez au plus vite votre médecin mais surtout, ne stoppez jamais de vous-même le traitement.

L'automesure de la pression artérielle par le patient lui- même peut être utile à la surveillance de l'efficacité du traitement.

Mais elle n'exclut pas l'avis du médecin traitant : apprentissage de l'automesure, interprétation des résultats.

Retour au haut de la page